Champ solaire et éolien au bord d'un lac
4min

Rétrospective 2023 : 5 chiffres clés qui ont marqué les secteurs de la construction, de l’énergie et de la mobilité

Au revoir 2023 bienvenue 2024. À l'heure de débuter une nouvelle année, que retenir de celle qui vient de s'écouler ? Découvrez quelques chiffres et tendances qui ont marqué les secteurs du bâtiment, des travaux publics, de l’énergie et de la mobilité.

En France, la barre des 100 000 apprentis dans le BTP est dépassée !  

Le secteur du BTP représente près d’un quart de l’apprentissage en France ! Les effectifs ont en effet bondi de 4,7 % par rapport à l’année dernière indique l’enquête réalisée par le CCCA-BTP. Plus de la moitié des apprentis du BTP (57 %) préparent une formation de niveau CAP et 1 sur 5 prépare une formation supérieure. En France, la part du BTP dans l’apprentissage évolue favorablement depuis plusieurs années, soutenue par des dispositifs gouvernementaux incitatifs et un panel de formations croissant.  

Outre-manche, la tendance est similaire. Le nombre d’apprentis débutant une carrière dans la construction au Royaume-Uni a augmenté cette année, la première fois depuis six ans. Aux États-Unis, les données confirment également l’importance de l’apprentissage comme levier d’attraction des talents dans le secteur de la construction puisque le nombre d’apprentis y a récemment bondi de 72 % en seulement huit ans. 

Source : Le moniteur; apprenticeship.gov; Construction news 

Chiffres clés sur l'apprentissage dans le BTP en 2023

1 040 projets représentant 320 milliards de dollars d’investissement pour l’hydrogène ! 

Plus de 1 040 projets sur l’hydrogène ont été annoncés dans le monde, dont 795 visent une mise en service d'ici 2030. À cet horizon, et si les projets avancent au rythme espéré, il serait possible de produire 38 mégatonnes d’hydrogène bas carbone par an contre une seule actuellement. 

Source : Hydrogen council  

Chiffres clés hydrogène 2023

13,7 millions d’emplois liés aux énergies renouvelables dans le monde ! 

Dans son rapport réalisé conjointement avec l’Organisation internationale du travail, l’IRENA (International Renewable Energy Agency) décompte 13,7 millions d’emplois en lien avec les énergies renouvelables. C’est un million de plus que l’année précédente. En dix ans, les emplois en lien avec les énergies renouvelables ont presque doublé. Ce sont les métiers du solaire photovoltaïque qui totalisent le plus grand nombre d’employés avec près de cinq millions de travailleurs, suivi par ceux de la bioénergie, de l’hydraulique puis de l’énergie éolienne. L'Asie est le premier bassin d’emploi en lien avec les énergies renouvelables puisqu’elle concentre près des deux tiers des travailleurs du secteurs.  

Source : IRENA 

Chiffres cles des emplois dans les énergies renouvelables en 2023

En France, 8 conducteurs sur 10 sont seuls dans leur voiture le matin !  

En 2023, VINCI Autoroutes dévoilait les résultats du 4e baromètre de l’autosolisme. Même si la tendance s’améliore légèrement, encore beaucoup de conducteurs effectuent leur trajets quotidiens domicile-travail seuls dans leur voiture. En heure de pointe, le matin, dans les métropoles françaises, 83 % des conducteurs roulent en solitaire, c’est seulement 1,7 % de moins que l’année précédente.  

Un chiffre à mettre en perspective avec d’autres données comme le nombre de travailleurs étatsuniens conduisant seuls vers leur lieu de travail : ils étaient 76,4 % à rouler seuls en 2017 contre 68,7 % en 2022. Une propension à la baisse qui peut s’expliquer par des facteurs pluriels (augmentation du télétravail, usage des transports en commun ou du covoiturage), mais qui confirme une tendance mondiale dans les pays développés à la prédominance de la voiture comme moyen de transport vers son lieu de travail et à l’autosolisme. 

Source : VINCI Autoroutes; America’s health rankings 

GIF animé 8 conducteurs sur 10 voyagent seuls

Plus de 100 projets de recherche sur la propulsion électrique ou hybride des avions ! 

Le secteur de l’aviation représente actuellement 2 % des émissions mondiales de CO2 d’origine humaine. Pour réduire son impact carbone alors que le trafic aérien retrouve son niveau pré pandémie, il est essentiel d’agir, de l’aéroport à l’aéronef. S’agissant des aéronefs, les projets de recherche sur la propulsion électrique, hybride ou sur les biocarburants – qui ne représentant actuellement que 0,1 % de la consommation de carburants - permettront de développer de nouvelles générations d’avions pour lesquelles les infrastructures aéroportuaires doivent d’ores et déjà s’adapter

Source : FNAM 

avion qui vole